L’Andouillette, faut-il?

Qu’on l’aime ou qu’on la déteste, l’andouillette a, en tous cas, le mérite d’être l’un de rares aliments à susciter autant de passion : à sa seule évocation, certains sont prêts à rendre leurs propres tripes tandis que d’autres se parent immédiatement de leur plus belle serviette à carreaux rouges et de couverts bien aiguisés…

Et pourtant, un peu comme pour le cheval, dont je vous avais parlé il y a quelques mois dans le dernier « Faut-il », l’andouillette, demeure, pour la plupart d’entre nous, une espèce de saucisse non identifiée, affublée d’un nombre indéfini de  « A. » et que l’on ne commande pas au restaurant, qu’elle fut accompagnée de frites ou de moutarde, tant on en a entendu parler comme de la pire horreur de la gastronomie française…

Car il faut bien l’admettre, on nous reproche les cuisses de grenouille et les escargots : pourtant, des escargots, on en retrouve pléthore au menu des espagnols, quant aux cuisses de grenouille, ce vulgaire petit amphibien vert, tout juste bon à être disséqué en classe de Sciences Naturelles (parenthèse à l’Education Nationale : on oublie souvent le TP de la dissection de l’œil de bœuf, pourtant l’œil, c’est bien plus drôle que la grenouille, on peut, notamment, faire de magnifiques bonbons avec le cristallin…) à la texture bien proche du poulet, n’a d’extraordinaire que son nombre insupportable de petits os… L’andouillette, elle, semble bien exclusivement française, et elle a, de plus, l’extrême obligeance de ficher la paix au beurre, au persil et à l’ail dont usent et abusent ses camarades Gastéropode et Kermit.

Son apparition reste relativement floue, tout comme son origine Troyenne, en revanche, elle se compose toujours de tube digestif de porc, nettoyés, et agrémentés de différentes façons (moutarde, vin blanc, épices, gelée, chapelure, etc.). On mange bien des tripes, des pieds et paquets, du boudin… Et les saucisses et saucissons sont souvent contenus dans un boyau, alors pourquoi tant de crainte face à l’andouillette ?

Rendons-nous à l’évidence, l’andouillette  ne sent pas très bon… Elle sent même franchement mauvais. Alors, faut-il être scatophile pour apprécier l’andouillette ?

A cela, notre « Boucher ce héros » (c’est comme cela qu’il s’appellera désormais) nous répond, alors que son ami, de passage, est en train de jouer à la dinette avec ses 200 andouillettes fraichement saucissonnées attendant sagement leur passage, une heure durant, au court bouillon, (ajoutez bien l’accent du sud) « L’andouillette, ça ne sent pas quand c’est bien nettoyé ! ».

Nous buvons toutes ses paroles, comme toujours, et promettons de venir en acheter le lendemain. En détournant la tête, j’aperçois déjà un filet de bave à la commissure des lèvres de Quentin, tandis qu’un peu sceptique, je me prépare psychologiquement à apprécier un met avec lequel j’entretiens, depuis de nombreuses années, quelques différends non réglés.

Le lendemain, comme prévu, nous revenons, prêts à dégainer notre carte bleue. Première surprise, le « Boucher ce héros » nous offre deux belles andouillettes encore chaudes. Quentin, s’empresse, client modèle, devant mes yeux écarquillés, d’en acheter deux de plus. Libre à lui, après tout, d’en manger trois…

Elles ne sont pas A.A.A.A.A., et après tout on s’en fout ! Que veulent dire tous ces A. ? Une appellation particulière ? Un vrai gage de qualité ? Non, ces A. sont finalement aussi représentatifs que les ridiculement nombreuses médailles attribuées au vin… Ces A., signifient Association Amicale des Amateurs d’Andouillette Authentique… Une chose est sûre, même sans eux, elles sont bien authentiques nos andouillettes…

Et l’odeur ? Eh bien, j’aurais aimé vous annoncer fièrement une grande découverte, mais non, le parfum douteux est bien là… Bien moins puissant que de coutume mais indéniablement présent. Quant au goût, je dois l’admettre, et bien que ne pouvant en avaler plus d’une, elle était délicieuse cette andouillette, très justement moutardée et épicée à souhait.

Il n’est donc jamais trop tard pour changer d’avis…

Publicités
Comments
2 Responses to “L’Andouillette, faut-il?”
  1. Moi j’aime bien la déshabiller et puis ensuite bien la griller ! 🙂 Avec des bonnes frites ou un mash potatoes (light quoi…)

  2. leonie3fillespour1dressing dit :

    Tu as été bien courageuse… je préfère encore le cristallin de boeuf pour ma part 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Blog Stats

    • 42,704 hits