Domaine Saint Amant, une belle découverte

On connait bien Beaumes de Venise pour son fameux Muscat, dont les premiers plants furent semés 600 ans avant  notre ère par des colons grecs, mais l’appellation compte également de superbes vins secs, en rouge comme en blanc.

Nous sommes donc partis samedi dernier à la découverte du domaine Saint Amant, à quelques virages  de Beaumes de Venise, perché au-dessus du petit village de Suzette.

Fondé en 1990 par Jacques Wallut tombé amoureux du lieu, le domaine est aujourd’hui géré par Camille Nosworthy, parisienne d’origine qui s’est installée peu après, non loin du chai et de son caveau de dégustation.

Et comme nous les comprenons. Une beauté à couper le souffle: Lorsque nous avons chaleureusement été accueillis par Camille Nosworthy, le soleil s’apprêtait  à disparaître derrière les dentelles de Montmirail, dessinant les traits des sommets escarpés avec la précision d’une mine de plomb aiguisée, tandis qu’à notre gauche, la lune, pleine, se levait derrière les bosquets d’une colline. La lumière chaude, rasante, éclairait les vignes aux dernières feuilles roussies avec un éclat flamboyant, et devant nous, s’étalait un paysage mêlant collines et vallons à perte de vue, majestueux et au fond desquels on pouvait voir naître des bancs d’une brume nocturne douce et bleutée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsqu’il achète le domaine, Monsieur Wallut, sur les conseils d’un œnologue, plante des cépages blancs : du Viognier principalement mais également de la Roussanne. Petit à petit, le domaine s’est développé, parcelle après parcelle, pour atteindre aujourd’hui 17 hectares en Viognier,  Roussanne,  Syrah, Grenache…

Les sols du domaine et d’une partie de l’appellation Beaumes de Venises sont uniques dans la région, il s’agit de terres du Trias, de marnes argileuses et de terres calcaires. L’altitude des vignes conjuguée à ces sols  confèrent aux vins un caractère bien particulier : certains les diront salins, d’autres iodés. On y retrouve également une caractéristique commune aux vins d’Utiel Requena et d’Alicante en Espagne (dont la vigne est conduite à une altitude allant de 600 à 900 m) : un subtil rappel de la garrigue, surtout dans les rouges.

 

On admire le travail effectué à la vigne comme en cave. Les vignes, contrairement à ce qui se fait habituellement dans la région, sont conduites en palissage, permettant d’atteindre une meilleure maturité du raisin.

En cave, raisins  et vins sont traités avec une infinie délicatesse, les cuves sont remplies par l’effet de la gravité, Camille Nosworthy utilise un petit pressoir, bref du cousu main.

Côté vins :

En blanc nous avons eu le plaisir de goûter La Borry 2010, un magnifique Côtes du Rhône blanc (90% de Viognier et 10% de Roussanne, récoltés à près de 600m d’altitude) : vif, expressif, doté d’une très grande fraicheur et légèrement salin en fin de bouche. Au nez, des notes de miel, de poire et de fleurs blanches. Un vin très agréable que nous avons marié par la suite avec une volaille rôtie mais qui se déguste aussi parfaitement à l’apéritif…

Nous avons également gouté la Tabardonne, issue du même assemblage et vinifié en barrique de chênes usagés, un grand  vin, généreux et charpenté qui reste toutefois frais en bouche. Un blanc  qui accompagnera tout un repas et que l’on pourra garder quelque temps en cave pour apprécier tout son potentiel…

Les rouges sont également de toute beauté : Les Clapas 2010, un Côtes du Rhône d’altitude, 50% grenache, 50% syrah,  joliment fruité, légèrement épicé, frais et sensuel, tout ce qu’on aime.

Et puis Grangeneuve, un Beaumes de Venise  issu de vieux grenaches, Syrah avec une pointe de Viognier, un vin magnifique au nez envoutant, iodé, au parfum de garrigue, de poivre noir, et pourvu d’une superbe minéralité. Le 2009  est à garder encore quelques années, le 2007 lui est déjà excellent après une heure de carafage, et accompagne parfaitement une viande rouge (en ce qui nous concerne, nous l’avons particulièrement apprécié avec une belle pièce de bœuf et une purée de cerfeuil tubéreux).

 

Un  très beau domaine donc, à recommander les yeux fermés avec un excellent rapport qualité prix puisque la plupart des vins tournent autour de dix euros…

A visiter, surtout si vous passez dans la région !

Agnès et Quentin

 

Domaine Saint Amant
84190 Suzette, France
Tél. : +33 4 90 62 99 25
Fax : +33 4 90 65 03 56
contact@saint-amant.com

http://www.wallut.com/blog/saintamant

Advertisements
Comments
One Response to “Domaine Saint Amant, une belle découverte”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] la soirée fort agréablement avec un très beau Clapas 2010, relique de notre visite au domaine de Saint Amant,  qui ne coute qu’autour de 7€ […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Blog Stats

    • 42,495 hits