Consommé de betteraves

Vendredi, voiture en panne, pas de boutique à moins de 10km, il fait froid, il fait nuit, pas de sortie de prévue pour le weekend… Non vraiment, aucune, et d’ailleurs je suis seule, sans moyen de locomotion, avec mes chats… Je vois déjà planer sur moi l’étiquette : « vielle folle à chats »…

Dois-je dès lors me bruler les cheveux pour me donner l’air hirsute, aller me parer de mon plus beau fard à paupière bleu électrique, d’un trait, pardon, non d’une bande de crayon noir baveux et d’eye-liner à la fois posé sur ma paupière mobile, mais également sur la paupière fixe, par effet « tampon » ? Dois-je me rosir les joues au rouge à lèvres, m’acheter de la teinture orange et laisser les racines apparentes ? Pince, mais pince donc ! Je me suis égarée en plein cauchemar éveillé…

Non, je ne vais pas me laisser abattre. Il n’y a que des restes au frigo ? Qu’à cela ne tienne, que cela dusse me prendre la soirée, j’en ferai un plat raffiné !

Et voilà comment d’une soirée annoncée morose, d’une assiette de betteraves rouges et jaunes roses oranges cuites (vous vous souvenez Flower Power ? Eh bien, la recette était pour quatre, nous n’étions que deux…), d’une branche mollassonne de céleri, d’un morceau trop gras de rillettes, d’une moitié d’oignon un peu desséchée et de quelques branches défraichies de persil plat et de coriandre, naquit un plat digne de la table d’un gourmet : le consommé de betteraves.

Mon cauchemar se transforma alors en un rêve délicieux… Au chaud dans ma cuisine, le nez plongé dans un demi-centilitre de ce whisky codé (issu d’un élevage unique de Laphroaig) au parfum de « dentifrice au goudron » (c’est écrit sur la bouteille, je n’invente rien) ; l’oreille tendue vers la sonate n°3 de Scriabin, magistralement interprétée par Horowitz, et les mains occupées à couper grossièrement ces restes tandis que le doux fumet du bouillon commençait à se dégager… Il ne manquait plus à ce tableau qu’un exemplaire des Fleurs du Mal, pour faire de ce moment une perfection… Ou un bol de ce consommé au rouge sang aussi écorché qu’envoutant.

Consommé de betteraves

Préparation : 10min ; Cuisson : 30min

Ingrédients :

1 betterave jaune cuite (à défaut une rouge)

1 betterave rouge cuite

½ oignon blanc

1 branche de céleri

½ bouquet de persil plat

½ bouquet de coriandre

1 feuille de laurier

40g de rillettes de porc (grasses) ou d’oie ou de canard

2 clous de girofle

Sel et poivre

Préparation :

Dans une casserole chaude et à feu doux, faites fondre les rillettes.

Coupez grossièrement tous les légumes. Faîtes les revenir dans la graisse des rillettes pendant quelques minutes. Grattez bien avec une cuiller en bois pour récupérer tous les bouts de viande.

Couvrez avec 1 litre d’eau, salez bien, ajoutez la feuille de laurier, le persil et la coriandre grossièrement hachés et les clous de girofle. Laissez mijoter à couvert pendant 30 à 40min puis filtrez le bouillon.

Vous pouvez le déguster tel quel, ou le lendemain, dégraissé.

Publicités
Comments
2 Responses to “Consommé de betteraves”
  1. Maïa dit :

    Je dois dire que le rendu m’impressionne 😀

    Si tu aimes bien les folles à chat (et si tu es à l’aise avec l’anglais), va faire un tour sur Cat VS Humans, c’est un blog bd qui est très sympa !

    En plus, ça te divertira pendant tes longs week-ends sans voiture 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Blog Stats

    • 42,888 hits